couv69904764.gifRésumé :

Locke Lamora, l’ancienne Ronce de Camorr, et son comparse Jean Tannen ont fui leur cité natale. Ils ont embarqué à bord d’un navire et gagné la cité-État de Tal Verrar, où ils prévoient bientôt de réaliser leur forfait le plus spectaculaire : s’attaquer à L’Aiguille du péché, une maison de jeu réservée à l’élite et voler son incommensurable trésor. Il n’existe qu’une façon de s’approprier l’argent de cet établissement: le gagner aux divers jeux qu’il propose à ses clients. Un domaine que Locke et Jean croient connaître sur le bout des doigts. Mais, une fois encore, les deux compères se retrouvent embringués dans des aventures imprévues… et devront se frotter à la flotte pirate de la redoutable capitaine Zamira Drakasha. Une véritable sinécure pour des voleurs qui ne distinguent pas bâbord de tribord ! Et pendant ce temps, les Mages Esclaves fomentent leur revanche contre celui qui les a humiliés et croit avoir échappé à leur châtiment: un certain Locke Lamora.

Avis :

J’ai lu le premier tome de cette série l’an dernier, donc biiiiien avant le début de ce blog alors du coup il n’y a pas d’article dessus ( en grande partie à cause de flemme, je m’en excuse ). Alors laissez moi vous mettre dans l’ambiance. Scott Lynch nous raconte l’histoire de Lock Lamora, jeune garçon qui a deux talents dans la vie : il est capable de mentir comme il respire, et il est aussi capable de se mettre dans des merdes pas possible. C’est un adepte de Perelandro le Treizième, l’Innommé, dieu des voleurs. Avec ces camarades Jean, les frères Sanza et Moucheron, il a formé le groupe des Salauds Gentilshommes pour voler aux riches. Pour donner aux pauvres vous demanderez vous ? Pas du tout, juste pour voler. Parce qu’ils trouvent ça fun. Et que font ils de cet argent ? Hé bien pas grand chose, mis à part le réinvestir dans d’autre projet d’arnaque… Et le moins que l’on puisse dire c’est que ce petit groupe a beaucoup de talent. Malheureusement trop pour leur propre bien, ce qui les emmènera au cœur de troubles dont seul Locke et Jean en sortiront vivant malheureusement. Ils sont donc contraint de fuir la ville où ils ont grandit pour leur propre survie. C’est donc avec cette fuite que se termine le premier tome.

Le second tome ne s’ouvre pas immédiatement à la suite de ces aventures, mais deux ans plus tard, alors que Locke et Jean préparent une nouvelle arnaque. Néanmoins Locke dans une situation délicate, maintenu en joue par deux archets et trahit par Jean. Une entrée en matière pleine d’action qui m’a laissé sidérée dès le départ et m’a donné envie de me jeter sur la suite. Le récit n’est pas linéaire, on a beaucoup de flash-back expliquant ce qu’on fait le duo durant ces deux ans en préparant leur nouvelle arnaque. Les deux compères ont en effet l’intention de cambrioler la chambre inviolable de l’Aiguille du Péché, un espèce de casino ultra connu et hyper sécurisé dont les caisses débordent. Parce qu’avec leurs talents, Locke et Jean aiment les défis et viser les chambres fortes les plus difficiles et les plus remplies. Évidemment rien ne va se passer comme prévu pour nos héros qui vont devoir faire face à de nombreux contres temps pour mon plus grand plaisir.

De par leur profession,  Jean et Locke ont des identités différentes qui finissent par se croiser et se superposer au point de risquer parfois l’entorse de cerveau. Il y a aussi beaucoup de personnages qui entretiennent des liens assez complexes. Mis à part ça, j’ai franchement adoré ce livre. C’est inventif, l’auteur nous emmène dans des aventures palpitantes avec toujours à un rythme effréné et avec toujours plus d’originalité. L’écriture est drôle, toujours pleine d’ironie et de cynisme qui m’ont parfois fait franchement fait rire. L’auteur s’adapte à son univers nous offrant un florilège d’insulte ( dont le fameux ‘bite-en-beurre’ qui est devenu ma nouvelle insulte favorite en voiture). Le vocabulaire de marine reste assez obscure pour moi, toutefois en lisant la note de l’auteur à la fin du roman, je constate que je ne n’étais pas la seule. Parce qu’au cours de leur nombreuses aventures, Jean et Locke finissent par intégrer un équipage pirates ! Et j’avoue être une fan inconditionnelle des histoires de pirateries en tout genre. Même si certain passages étaient un peu long et obscures ( surtout durant les descriptions des manœuvres ) j’ai été vraiment enthousiaste à l’idée de les voir prendre la mer. Drakasha. et son second Ezri sont des personnages attachants et crédibles que j’ai beaucoup apprécié, même si elles ne parviennent pas à remplacer Moucheron et les Sanza qui me manquent beaucoup quand même.

Scott Lynch parvient a créer un univers riche et crédible qui fourmille de détails à tous les niveaux. C’est parfois long dans les descriptions mais on croirait franchement que ces endroits existent. Les personnages aussi sont tous aussi réalistes si Locke est un voleur de génie, il a aussi nombre de défaut et de manque de capacité flagrante et pourtant nécessaire à sa survie. Et il en va de même pour tous les autres personnages. Plus on avance, plus le plan alambiqué de Locke s’éclaircie et même dans sa réalisation il nous semble vraisemblable. La fin m’a laissé sur le cul, comme le début et m’a littéralement fait crié de frustration. Aucun cliffhanger comme chez Rick Riordan, le roman a sa propre fin, mais on ne peut ni dire que le plan de Locke se déroule comme prévu, ni qu’il obtient les résultats escomptés… Ce sera aussi un autre point noir du roman, avec tout ce qu’il se passe et toutes les ramifications, le dénouement est un brin trop rapide à mon goût. Toutefois, je lirais la suite avec plaisir, rien que pour savoir quel genre d’aventures abracadabrantesques Scott Lynch est encore capable d’inventer !

En Bref :

Génialissime et captivant, c’est avec plaisir que j’ai retrouvé Locke et Jean.

Note ♠♠♠♠♠

Il m’a été tellement difficile de choisir une citation de ce livre du coup j’en ai pris plusieurs parmi mes préférées en espérant que ça vous aide à comprendre l’ambiance et le ton du livre.

Nous sommes capables de dévaliser les nobles. Nous sommes capables d’escalader un mur pour pénétrer dans un manoir. Nous sommes capables de nous glisser dans les cheminées, de passer outre les serrures, de voler des chariots, de pénétrer dans des chambres fortes et de réaliser un nombre impressionnant de tours de passe-passe avec des cartes. Si vous aviez des couilles, je pourrais vous les couper, les remplacer par des billes et vous ne vous en apercevriez pas avant une semaine. Mais j’ai le pénible devoir de vous informer que la seule espèce de criminels avec qui nous ne nous sommes jamais associés, ce sont ces putains de pirates

 

– Espèce de gros queutard prétentieux ! Je vais …
– Tu vas quoi ? Cria Jean
– Je vais te sauter à la gorge et tu vas me casser la gueule et ensuite tu te sentira très mal. Qu’est-ce qu tu dis de ça ?

 

Son écheveau de mensonges devenait si compliqué, si ramifié, si délicat qu’un pet de papillon pouvait entraîner son effondrement.

Publicités