couv20572950Résumé : 

La plupart des gens reçoivent des cadeaux pour leur seizième anniversaire. Moi j’ai eu une prophétie qui pourrait soit sauver notre monde ou soit le détruire.
C’est comme ça quand vous êtes le fils de Poséidon, Dieu de la Mer. Selon une ancienne prophétie, d’horribles choses se produiront quand j’aurai seize ans, car je suis le seul à pouvoir décider du destin du monde entier…mais ça va je n’ai pas la pression !
Dans cette aventure, Chronos, Seigneur des Titans, attaque New York, où le Mont Olympe se dresse sans défense. Oh et l’horrible (sans oublier l’énorme) monstre Typhon vient aussi à notre rencontre. Alors la bataille se jouera avec moi et à mes quarante amis sang-mêlé contre le Mal.

Avis : 

En tant que dernier de la série j’avais autant envie de le lire que je redoutais la fin à cause de la mystérieuse prophétie planant sur Percy. Et comme toujours ce tome commence fort. Mais cette fois-ci pas de quête, personne a aller retrouver. Typhon s’étant levé, les Dieux ont déserté l’Olympe afin de le combattre. Et Chronos en profite pour lever son armée et tenter de prendre l’Olympe d’assaut. En détruisant la montagne et le siège du pouvoir des Dieux, ces derniers perdraient de leurs pouvoirs et pourraient se vaincre facilement. Il serait inconcevable pour les Sangs-Mêlés de laisser faire ça. Ils doivent donc tenir Manhattan seul contre une armée et pas moins de deux titans.

La guerre étant à leur porte, les Demi-Dieux enchaînent missions de sabotage sur mission de sabotage sur mission de sabotage dans le but de ralentir Chronos. Mais ils ont besoin d’autre chose pour défaire le Titan. C’est là qu’intervient Nico avec une ébauche d’idée et ni une ni deux Percy fonce avec lui aux Enfers. Les liens entre les Dieux et leurs enfants sont plus abordé dans ce tome notamment à travers Nico, Annabeth et Lucke. Parce que pour le vaincre, Percy va se plonger dans la vie de ce dernier. La prophétie sur Percy nous est enfin révélée et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on a peur pour notre héros.

Un point négatif cependant est que certaines difficultés sont surmontés avec un peu trop de facilité, mais bon, on est dans du jeunesse alors ça passe plutôt bien. Les relations entre les personnages sont enfin développées et pas seulement entre Percy et les autres. Il interagit avec plus de ces camarades de la colonie ( bon du coup on s’attache plus à eux et on pleure plus s’ils meurent ><). Et les Dieux sont aussi plus présent et dans leurs relations avec leurs enfants et entre eux, on peut retrouver le réalisme présent dans la mythologie. Parce que franchement ces Dieux c’est pas des cadeaux non plus.

On trouve beaucoup de batailles dans ce tome, sans pour autant que ça ne soit rasoir. Des alliés inattendu arrivent souvent à la rescousse des Olympiens et malheureusement aider Chronos aussi. Et sans doute par soucis de réalisme on trouve de nombreux mort des deux côtés ce qui rend ce tome très triste. Même les concessions finales des Dieux ne parviennent pas à égailler la fin de la saga. Heureusement qu’il y a une suite à cette saga, parce que je n’aurais pas aimé terminé sur une telle note !

En bref :

Encore un très bon tome, toujours bien écrit et pleine d’humour, bien qu’un peu triste pour la fin.

Note : ♠♠♠♠♠

Je me suis retourné pour faire face à son armée. On n’était plus qu’à cent quatre-vingt-dix-neuf contre un, en gros, à présent. J’ai fait ce qui s’imposait naturellement. J’ai attaqué.

Publicités