9782290106983Résumé :

Daenerys a eu beau se plier à toutes les exigences du peuple de Meereen, rien n’y fait : la paix précaire risque à tout moment de dégénérer en un siège sanglant. D’autant plus que la jument pâle, cette peste incurable, continue de faire des ravages aux portes de la ville. Yezzan zo Qaggaz, le maître de Tyrion, figure parmi les dernières victimes en date. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le nain y voit une occasion unique de prendre la poudre d’escampette. Pendant ce temps, au Nord, les portes de Winterfell demeurent obstinément closes, tandis que la forteresse disparaît peu à peu sous un épais manteau de neige. Ses remparts servent-ils à protéger ses occupants de l’assaut de moins en moins probable des troupes de Stannis Baratheon, ou à sceller leur tombeau ?

Avis :

Un avis sans spoiler qui peut se résumer en un mot ENFIN ! Enfin sortie ! Parce que oui, je l’attendais en poche, comme j’ai le reste de la série en poche et le moins que l’on puisse dire c’est que ce fut long. Mais l’attente valait très honnêtement le coup ! Sans trop en dévoiler les dragons commencent enfin à prendre part à l’histoire créant tensions et conflit politique dans son pays mais également à Westeros.

Le récit est toujours structuré en fonction des personnages qui nous fait d’ailleurs présente de nouveaux protagonistes. J’ai eu plaisir à découvrir ou retrouver certains personnages alors que d’autre passages, s’ils sont nécessaires pour l’histoire, m’ont parfois parut long. Mais peut être est ce parce que je ne suis pas spécialement attachée aux personnages en question. Un bémol tout de même, car ce volume se centre principalement sur Meereen et les personnages qui y sont. Il revient parfois à Port-Real ou au Mur mais trop peu et laisse énormément de personnage de côté. Ça reste absolument compréhensible étant donné le grand nombre de personnages avec lequel l’auteur doit composer, mais en tant que fan curieuse, je ne peux m’empêcher d’être un poil déçue…

Quoiqu’il en soit, ce tome reste excellent, comme les autres. Il ne se lit pas il se dévore. L’histoire avance doucement certes, mais avance tout de même. George Martin nous plonge ici au cœur des intrigues politiques entre des familles qu’on aime voir se déchirer pour parvenir à leur fin. Il n’y a  pas trop d’action mais ce tome laisse plus penser qu’il s’agit d’une mise en place avant d’attaquer la suite de sa sage. Un peu comme le calme avant la tempête. Et tempête il y aura étant donné le destin tragique ou non de certains personnages emblématiques de la série lors de leur dernier chapitre.

En Bref :

L’auteur avait confié avoir eu du mal à écrire ce volume, et on ne peut que le comprendre étant donné la situation délicate dans laquelle il a placé certain de ces personnages. Toutefois je fais entièrement confiance à Martin pour les sortir de là ( ou pas ) et pour réussir à nous surprendre comme il l’a toujours fait. Il ne nous reste donc plus qu’a prendre notre mal en patience et attendre…

Note : ♠♠♠

Certains hommes avaient un visage qui exigeait une barbe. Celui de Ser Clayton exigeait une hache plantée entre les deux yeux.

Publicités