logo_13906

Résumé :

Etre un demi-dieu, ça peut être mortel… Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de son collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d’avoir dérobé l’éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s’innocenter et découvrir l’identité du dieu qui l’a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.

Avis :

Comme beaucoup j’ai découvert Percy au cinéma lors de sa sortie. Un film sympathique, mais c’est une amie, extrêmement fan qui est finalement parvenue à me convaincre, même si j’avoue que ça n’a pas été difficile, ce genre de série étant tout à fait mon genre. J’avoue avoir un peu peur de ne pas me plonger totalement dans l’histoire puisque j’en connaissais les grandes lignes, mais ce ne fut pas du tout le cas.

Percy Jackson nous offre donc une histoire mêlant le New York moderne et la mythologie Grec. Les Dieux Olympiens ont élu domicile au sommet de l’Empire State Building, et comme durant leur age d’or, continue de flirter avec des humains, donnant naissance à des enfants aux sang-mêlé. Ceux ci étant traqué par des monstres, ils doivent se cacher et s’entraîner dans la Colonie des Sang-Mêlés. Et parfois, une quête leur sera confié, comme ce sera le cas pour Percy et ces deux compagnons de voyage, Annabeth et Grover.

 

On retrouve dans cette histoire de nombreuse figures emblématiques de la Mythologie ( Les Parques, le Minotaure, Méduse… ), un univers déjà extrêmement riche emmené à notre époque. Adorant l’Histoire, j’ai toute de suite accroché à cette façon dont les mythes étaient d’abord raconté puis modifiés pour s’adapter au besoin de l’auteur tout en restant un minimum crédible. L’auteur nous permet de réviser nos cours d’histoire de façon beaucoup plus amusante que ce qu’on pu faire la plupart de nos professeurs.

L’écriture de Rick Riordan est simple et efficace. Les héros ne sont peut être pas les plus originaux qu’on ai pu voir, mais on s’y attache et ils sont très bien construit. L’humour est omniprésent, rien que dans les titres de chapitre et dans l’autodérision que peut avoir Percy vis à vis de sa propre situation. Et puis bon, des héros mythique, un objet volé, une quête qui semble impossible et des dieux courroucés que demander de plus ?

En Bref :

Un premier tome très prometteur qui donne envie de lire la suite ! A conseiller à tout les mordu d’Histoire et de Mythologie.

Note : ♠♠♠♠

Grover a ignoré ma question.
– Percy, je te présente Hortensia. Hortensia, Percy.
Je me suis tourné vers Annabeth, m’attendant à la voir rire de cette farce qu’ils me faisaient, mais elle avait l’air terriblement sérieuse.
– Je ne dis pas bonjour à un caniche rose, ai-je protesté. Laissez tomber.
– Percy, a dit Annabeth. J’ai dit bonjour au caniche. Tu dis bonjour au caniche.
J’ai dit bonjour au caniche.

 

Publicités